Douce Heure

12,00

Catégorie : Étiquettes : , ,

Description

« A l’école, j’écrivais des poèmes sous un faux nom, pour expédier mes devoirs et faire croire que j’avais lu des auteurs inconnus. Je voulais conserver mon temps libre et ne pas rater un seul instant de cette liberté. Aujourd’hui, je chante ces moments à croquer à pleines dents, avec nostalgie ou ironie, selon l’humeur musicale, mais avec bonheur, toujours… 
Au Liban, il est une coutume qui veut que l’on offre des poussins aux enfants. Mais des poussins colorés. Pour cela on injecte dans l’oeuf, à l’aide d’une seringue, un colorant, et des petits trésors de douceur bleue et de tendresse rouge, orange ou verte naissent… pour quelques semaines. Car ces poussins ne vivent pas longtemps. Boules de plumes éphémères, le merveilleux ne dure pas, triste métaphore de notre propre existence ? L’éclat de la beauté ne pouvait séduire qu’un peintre comme Olivier Di Tommaso… Au delà de la mort, si l’on s’ingéniait plutôt à saisir ces instants rares et beaux de notre vie… le temps d’une chanson. Je ne parle que de cela ! »

Crédits

Musiciens: 
Patrick Guillot: accordéon 
Lionel Martin: saxophone soprano 
Michel Sanlaville: guitare, contrebasse & percussions 
Franck Cardon: violon 
Jacques Dompierre: batterie 
Enregistrement & mixage: Jacques Dompierre au Studio Bocage (Le Boupère) 
Mastering: Chab (Translab) 
Textes: Véronique Balmont 
Musiques: Serge Corsini, Michel Sanlaville & Eric Guilleton 
Photo: Loran Morati 
Illustration: Olivier Di Tommaso 
Design graphique: Phong Luong Dien

Presse

Vinyl 
11 chansons dont elle écrit tous les textes sur les musiques chaloupées de Serge Corsini, Michel Sanlaville et Éric Guilleton. Textes chantés d’une belle voix limpide, réservant parfois quelques surprises, tel l’étonnant « Si tous les culs du monde » où Dame Balmont n’y va pas par quatre chemins. Ce disque est une Douce Heure ne sacrifiant heureusement à aucune mode, c’est-à-dire au charme et à la fraîcheur sans doute toujours intacts dans plusieurs années. 
Témoignage Chrétien (31 octobre 2002) 
Oscillant entre la brisure et l’emphase, elle nous emballe dès les premières notes. Ses aigus sont irréels, son phrasé virtuose (…) dans une tension musicale croissante qui nous prend au piège. Exceptionnel. 
Paris Boum Boum (14 octobre 2002) 
Avec son premier album (Douce Heure, Saravah), cette nouvelle venue sur la scène de la chanson annonce la couleur : tout y est douceur, sa voix limpide, ses musiques aux envolées jazzy ou tsiganes, et les instants racontés, même, et peut-être surtout, s’ils sont éphémères et prennent place au coeur d’évènements difficiles. Ajoutons à cela une vraie plume poétique et sensible et donnons rendez-vous aux amoureux de la chanson pour la découvrir sur scène. 
Le Progrès (16 janvier 2002) 
Auteur-interprète à la voix remarquable. Véronique Balmont écrit des textes très personnels empreints de légèreté, d’humour et de poésie. Cela donne des chansons fortes pleines de sensibilité qui ont séduit Pierre Barouh. 
Michel Troadec dans Ouest France (29 avril 2002) 
Tout de suite on remarque la comédienne, à son aise devant le public. Son talent de conteuse sonne juste. Sa voix légèrement rauque est belle ; elle sait jouer des rythmes selon les chansons. Indéniablement, elle a du talent. Découverte par Pierre Barouh et mise sur orbite par la maison de disques Saravah, il se pourrait qu’on la rencontre dans quelque temps dans les grandes salles parisiennes.

Informations complémentaires

Poids 0.1 kg

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Douce Heure”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…